Tous les dessins, croquis et aquarelles figurant dans ces pages, sauf mention contraire, sont réalisés exclusivement sur le motif avec parfois, pour des raisons climatiques ou temporelles, des finitions en atelier.
La plupart sont sur carnet, quelques uns sur papier libre et dans les deux cas ils ne sont pas libres de droit, merci de me demander l'autorisation de reproduction.

Translate

jeudi 11 avril 2019

Chronique en retard d'avril 2019

Parc du Djoudj


Février 2019, Séjour familial, exotique pour la plupart mais important pour la fratrie orpheline avec le tour classique au programme d'une semaine en terranga.






Lompoul

Direction le nord pour commencer, Lompoul, le Djoudj et Saint Louis, que des incontournables. En guise de mise en bouche, aux quelques 260 km déjà longs en temps normal, se rajoutent les arrêts-ponctions étatiques. Non officiels mais coutumiers qui donne un petit gout du tourisme sauce afro à nos hôtes !






Nous avons donc pu admirer à loisir les uniformes de Thies, Tivaouane, Kébémer et St Louisiens....

Bleus !


 


Puis le sud, la lagune de la Somone et les iles du Saloum. Il y a pire comme trip, et il y a pire dans la vie.

Pas d'uniformes dans les bolongs, pas assez rentable.



Mars 2019, La tête dans le seau, à peine à distinguer la nuit du jour, 3 expos à préparer coup sur coup. 
Les dernières ici surement puisque le vent du nord tant espéré à soufflé et devrait, si tout va bien, nous porter sur les rives de la Baltique.

Un rêve !

Le vent et les expos !

Cours de l’hôtel municipal

Gorée, les 29, 30 et 31 mars pour commencer, où je présente pour cette 12ème édition 7 aquarelles et collages extraits de carnets à l'occasion de "Regards sur cours", trois jours sur l'ile, contre vents et marées !
La magie de Gorée, de très, très belles rencontres, qui justifient en trente minutes ce pourquoi on badigeonne des couleurs sur du papier depuis 40 ans !
Merci Adélaïde !
Et puis le soir, quand la dernière chaloupe rapatrie les continentaux et que l'ile retourne aux Goréens et aux artistes  ...    hummmmm ! 
Une belle expérience.


 


 





















Avril et le printemps qui pousse avec le collectif d'artistes Sunuwakeur qui propose le désormais tant attendu deux heures flash-expo bimensuel avec performance et bonne humeur au rendez-vous. Le 03 avril !
Le thème de cette session : "Futurisme"
J'y présente une vanité, certes aux allures intemporelle mais justement !








Enfin, l'expo annuelle du Dakar Womens Group ou j'expose une vingtaine d'aquarelles, la aussi principalement issues de carnets Sud Africains, Mauritaniens et Sénégalais, du 11 au 15 avril !

La aussi un plaisir de retrouver tous les artistes habitués.

Un joli moment.

 


 












Et sinon ?


Ben c'est déjà bien non ?









mercredi 16 janvier 2019

Dans les pas de Sieur Monod deuxième partie



 
Jour 5 mercredi 26 décembre
 
Départ relativement raté ce matin car quelques désencombrements gastriques que je ne développerais pas ici, ni ailleurs, ont maintenus éveillés votre serviteur passant la nuit à errer entre le matelas et le trône !

Programme reporté à une date ultérieure.




 
Jour 6 jeudi 27 décembre

L'estomac et la suite de la tuyauterie semblant avoir repris un semblant de fonctionnement habituel, nous voila parti relativement tôt ce matin pour couvrir les quelques quatre-vingt-dix kilomètres reliant Ouadane à Chingetti.
De la piste, des dunes à pertes de vue, un ciel bleu cobalt, du sable, ocre, rouge, jaune, blanc, quelques acacias, de temps à autre un pommier de Sodome et des dromadaires, nous y sommes.

Septième ville sainte de l'islam, ancienne capitale culturelle et religieuse, la vieille ville abrite moultes bibliothèques débordant de manuscrits antiques, scientifiques, religieux ou poétiques.


Sunset sur Chingetti
Agressés dès notre arrivé par une horde de femelles à l'état sauvage, tenancières de coopératives artisanales, qui nous haranguent violemment pour que, prestement, nous rendions visite à leur achalandages. La méthode utilisé, surement efficace avec.....personne, mais excessivement dissuasive avec nous, nous hôte définitivement toute envie, si tant est qu'envie il y ait eu, d'y acheter quoi que ce soit.

Bref, sain et sauf nous partons admirer le coucher du soleil sur le oued et la vieille ville du haut de la grande dune avec un panorama de désert de catalogue.

Clic-clac !


Jour 7 vendredi 28 décembre

Départ relativement tôt ce matin pour couvrir les plus de cinq-cents-trente bornes nous ramenant à la capitale en passant par l'oasis de Tergit.
Au passage gorges, canyons, peintures rupestres, que des sites fréquentés assidument, voir pour certains découverts, par Sieur Monod (sus cité) himself !

Pô, pô, pô, la mâchoire m'en tombe tous les quatre virages. Pressés par le temps mes compagnons de voyage m'attachent une main dans le dos et me ferment un œil afin de limiter le nombre de dessins, croquis, aquarelles....

Et pourtant.....

Il faudra revenir !

Fort Sagane, au fond de la vallée





Sortie du classement "zone rouge" il y a un an à peine, les touristes reviennent lentement, pour notre plus grand bonheur.
Des contrôles de gendarmerie très réguliers et extrêmement sérieux ont surement aidés au déclassement et au retour progressif des étrangers qui s'étaient effacés du paysage depuis dix ans.

Jour 8 samedi 29 décembre

Après une nuitée à Nouakchott nous repartons relativement tôt ce matin. Quelques rapides achats au marché capitale, une tour eiffel porte clé, une boule à neige pont de Brooklyn et nous décidons, enfin surtout notre guide, d'emprunter la voie par la plage (itinéraire raté à l'aller pour raison de formalités douanières lancinantes) pour rejoindre la frontière.
L'idée semblait plutôt bonne, mais parti un peu tard pour la marée, la conduite se fait pressente, relativement imprécise et complètement inconfortable.


Ahmed concentré sur "la route"




Nous prions donc Ahmed de rejoindre, dès que possible, la "route", si l'on peut nommer ainsi l'espèce de ruban bitumé et perforé déroulé sur une bande de sable plus ou moins instable.

Bref, vexé, la conduite devient nerveuse et d'autant plus aléatoire, jusqu'au moment ou , sortie de la piste, deux roues se plantent jusqu'au moyeu dans l'espèce de bouyasse glaiseuse dissimulée sous une fine croute de sel....
.....
L'institution !
.....
.....
Le piège....
.....
Pas de pelle, pas de plaques.....
.....
.....
.....
.....

 Quatre heures plus tard nous repartons, après avoir déplumé les rares arbustes du coin, plus tout ce qui trainait dans le pick up ........

Nuit dans le parc du Diawling près du poste frontière de Diama...Fatigués !

Jour 9  Samedi 30 décembre

De retour au Sénégal et après une halte bienfaitrice à St Louis, toujours magique, nous rejoignons Dakar...sans convictions !


3.....2.....1.....BONNE ANNÉE !!!!!!