Tous les dessins, croquis et aquarelles figurant dans ces pages, sauf mention contraire, sont réalisés exclusivement sur le motif avec parfois, pour des raisons climatiques ou temporelles, des finitions en atelier.
La plupart sont sur carnet, quelques uns sur papier libre et dans les deux cas ils ne sont pas libres de droit, merci de me demander l'autorisation de reproduction.

Translate

vendredi 14 juillet 2017

Fin d'aventure chez DD Compagnie

Vendredi 30 juin 16h15
rue de la république,
Dakar,
Sénégal.

Moi : "Assalam alaykum"
Lui : " Aleikum Salam, 
- Nanga def ?
- mangui fi rek.
-Ouakam, terminus P7,
- 4000 !
- non, moi je met 2000.
- Ohhhhh, c'est petit !
- tous les soirs je rentre pour ce prix,


 

- Mais ce soir il y a des bouchons,
- vous dites ça tous les soirs !
- 3000 ?
- Non, 2000 !
- ..............
- .............

- 2500 ?
- Non 2000 !"








Le taxi démarre en grimaçant, et stoppe environ vingt sept centimètres plus loin, parfois trente deux !



- Tut !


Un tut d’approbation, parfois accompagné d'une invitation de la main, mais toujours sans daigner tourner la tête.
Et me voila, plus ou moins confortablement embarqué, dans un plus ou moins rutilant véhicule jaune et noir. 

Au volant, celui qui par trop de fierté fait mine de l'avoir mauvaise, un autochtone, souvent jovial dont je ne suis sùr de rien. Parfois ne maitrisant que le Wolof, ce qui en soit n'est pas un problème, surtout en Wolofie, mais rend l'échange quelque peu délicat. 
Le plus gênant : sa connaissance des rues de la ville est à peu de choses près, similaire à l’intérêt que porte Donald Trump pour les œuvres complètes de Zola (je m'avance peut être....) et surtout le code de la route, respecté comme Poutine l'est par les Tchétchènes !

Je savoure, dernier retour après quatre mois passés entre une fille de l'est, déprimé par temps gris (😁) et un camarade prolétaire du limousin (😇) coach et expert en bronzage, ... présenté comme ça, je reconnais que ça fait pas rêver, et pourtant .....
 

vendredi 26 mai 2017

Je respire



Gorée


Quelque peu dépassé par la moisson du semé il y a déjà quelques temps, je me suis laissé agréablement envahir, délicieusement débordé, voluptueusement submergé par la belle récolte.
En mode digestion, je suis encore plein, plein des charmes et de la magie de Gorée (voir ici).... 

Gorée
 

     ...fais durer le plaisir, prolonge et appréhende le retour où le quotidien aura malheureusement retrouvé sa place dominante.


Le lieu, les rencontres, artistiques et humaines, l'accueil, l'organisation, rien à jeter.



Un joli moment.



Désert de Lompoul




Quand même le temps de faire quelques barbouillages, d'ici et des alentours.


Place du souvenir, Dakar









Puis le vernissage posthume de Issa Samb, alias Joe Ouakam que j'ai eu la chance de croiser lorsque j'ai exposé chez lui en décembre, dans sa cours et en sa présence (voir ici ). Avec le laboratoire "Agit'Art", en compagnie de plusieurs artistes et dans le cadre de "Partcours Dakar", je me souviens de la soirée de vernissage, remarquable et haut en couleurs, à l'image du personnage.

C'est à la galerie du "Manège" à Dakar jusqu'au 12 novembre.

A droite la réserve naturelle de la Somone, mangrove, aigrette et pélican...

Saliou


Gorée, à gauche, et terrain de rugby à village pilote