Tous les dessins, croquis et aquarelles figurant dans ces pages, sauf mention contraire, sont réalisés exclusivement sur le motif avec parfois, pour des raisons climatiques ou temporelles, des finitions en atelier.
La plupart sont sur carnet, quelques uns sur papier libre et dans les deux cas ils ne sont pas libres de droit, merci de me demander l'autorisation de reproduction.

Translate

vendredi 27 septembre 2013

Quotidien

Rien à faire, même après douze mois de Gabon, ce qui suffit pourtant à certains de pouvoir dire : « j'ai fait l'Afrique.... », le genre de personnage au look baroudeur ardemment travaillé, portant le gilet reporter multipoches et (allons y pour les clichés) appréciant les beautés noires, surtout si elles sont jeunes. 
Sur une plage de LBV avec en fond la pointe Denis de l'autre côté de l'estuaire
 Certainement client du Tropicana, LA boite, celle que l'on retrouve dans la plupart des grandes cités d'Afrique (mais pas que, il y en fut une du coté de Flagnac d’où j'en traine quelques mélancolies) et où l'on y trouve dans le désordre mais systématiquement : de la bière souvent bon marché, des putes souvent jeunes et des blancs, souvent ventripotents et affublés du fameux gilet, bref, rien à faire il est certains aspects du quotidien que je ne peux avaler !
Une des mosquée de LBV

Rien d'inéluctablement ancré à l'Afrique mais plutôt condamné à coller à la bêtise, à l'individualisme et à l'avidité abyssale de quelques uns se sentant quelques pouvoirs et salissant par leur présence le reste de la petite pyramide du haut de laquelle ils contemplent leur malsain royaume.
Mais ici, au Gabon, le monsieur au sommet se voit, se montre et en est fier, on doit pas être loin de la caricature du costard à rayures et des pompes en croco !

Et maintenant on fait quoi ?
On explique le monde aux enfants ?
Ils ont le temps pour se rendre compte que l'eau monte, que le monde du quotidien ne correspond pas du tout à la vision scolaire !
Le syndrome du Père noël perdure mais le grand n'est pas dupe.

Et après ?

Encore une étude de ciel/arbres
On ferme les yeux et on part trois semaines au club med ? L'objectif devenant la raison d'être des quarante neuf autres ?
On se fait Don Quichotte en s'offrant une Kalachnikov ?
On croque dans la mangue pour obtenir sa pyramide ?
On tombe dans l'alcool ?
On s'essaie à l'art (j'ai beaucoup de mal avec ce terme), modestement, s'enfermant dans un processus de création ? Témoignage esthétique de la vie réelle ?

Où bien on s'acharne à dénicher de belles choses, à fabriquer de beaux moments, à extirper du quotidien de belles rencontres !




Et si on ne peux pas on pourra toujours s'offrir un gilet de reporter multipoches, ce qui a en plus l'avantage d'être compatible avec toutes les autres propositions.

 

Bref, On va encore faire comment ?



Jérôme, Chronique de l'équateur, septembre 2013.


2 commentaires:

Lydvina Angue Ella a dit…

cette (ô malheureusement) célèbre expression de mon cher pays "on va encore faire comment?"

Jérôme a dit…

Merci Lydvina pour votre passage et votre commentaire, expression effectivement célèbre et malheureusement ô combien défaitiste.